Organisation d’une collecte de dons pour les élèves

Organisation d’une collecte de dons pour les élèves

Le Conseil Départemental, la Librairie Générale, l’Association des Maires de Guadeloupe et le CORECA s’engagent.

Suite aux nombreux dégâts occasionnés par le passage de la tempête FIONA, et en lien avec l’Association des Maires de Guadeloupe, le CORECA et la Librairie Générale, le Président du Conseil départemental Guy LOSBAR, vous informe de la mise en place d’une collecte de dons de fournitures et de livres scolaires.

Afin d’aider et d’accompagner au mieux les populations sinistrées, les dons peuvent se faire en nature ou par des bons d’achat de la Librairie Générale.

Librairie Générale met à disposition trois points de collecte, au sein de ses structures :

  • Baie-Mahault, 343 rue Ferdinand Forest, Jarry
  • Basse Terre, Carribbean Culture House, Calebassier
  • Le Moule, Zac de Damencourt

Pour plus d’informations, merci de contacter le 05 90 69 86 56.

Tempête Fiona : Le Conseil Départemental répond aux urgences

Tempête Fiona : Le Conseil Départemental répond aux urgences

Mobilisé par le President LOSBAR dès les premiers instants face à la situation catastrophique que connaît la Guadeloupe suite au passage de la tempête Fiona, le Département poursuit son engagement aux côtés des populations sinistrées.

Ainsi, le fonds d’urgence départemental a été activé afin d’accompagner les familles sinistrées et répondre aux besoins de première nécessité (matelas, vêtements, denrées alimentaires). Un numéro vert dédié y est associé : 0 800 222 333.

Des permanences physiques seront également assurées par des assistantes sociales dans les CCAS des communes de la zone et notamment à Vieux-Habitants, Baillif, Basse-Terre, Gourbeyre, Trois-Rivières, Capesterre-Belle-Eau, Goyave et Petit-Bourg.

Un dispositif d’aide en ingénierie est également proposé aux communes afin de les aider à recenser leurs besoins en termes de reconstruction et les chiffrer; il s’agira de définir un plan de reconstruction du territoire notamment vis-à-vis des édifices les plus endommagés.

Les engins de déblaiement et de nettoyage des réseaux routiers sont par ailleurs mis à disposition des communes pour les accompagner dans les travaux.

En lien avec l’association des Maires de Guadeloupe, l’Union départementale des CCAS, le Département assurera la coordination des collectes de dons en nature afin de les dispatcher sur le territoire.

En parallèle, en lien avec la Banque Alimentaire, une distribution de denrées sera également organisée dans les communes nécessiteuses .

Des distributions de bouteilles d’eau sont également organisées ce jour à Goyave et Capesterre-Belle-Eau.

Le Département mobilisera une enveloppe budgétaire pour les premières urgences en termes de petit matériel scolaire. Par ailleurs, en lien avec l’Association des Maires de Guadeloupe, le CORECA et la Librairie Générale, un appel aux dons sera lancé pour les fournitures scolaires et livres afin de permettre aux enfants de reprendre rapidement le chemin des établissements scolaires.

Enfin, un dispositif est en cours de mise en oeuvre avec les services de l’Etat, les bailleurs sociaux et l’Association des Maires de Guadeloupe pour le relogement des familles sinistrées.

Le conseil départemental se mobilise contre l’illettrisme

Le conseil départemental se mobilise contre l’illettrisme

La lutte contre l’illettrisme est l’une des priorités du Président du Conseil départemental, Guy Losbar. À ce titre, la collectivité départementale proposera des actions dans le cadre des Journées nationales d’action contre l’illettrisme (JNAI) et signera une convention de partenariat avec l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), ce jeudi.

Lire, écrire ou comprendre ne sont pas des acquis pour tous. En France, 7% de la population âgée de 16 à 65 ans sont concernés par l’illettrisme. En Guadeloupe, 25% des personnes dans cette même tranche d’âge éprouvent des difficultés suffisantes pour les gêner au quotidien, selon une enquête de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Pour amplifier la prise de conscience et faire connaître les solutions de proximité qui existent, des manifestations et actions de sensibilisation sur l’illettrisme sont organisées partout en France, dans le cadre des Journées nationales d’action contre l’illettrisme (JNAI), dont la 9e édition aura lieu du 8 au 24 septembre.

Chez nous, l’engagement des acteurs qui collaborent avec l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI) est particulièrement fort cette année. Plus de 60 manifestations labellisées (contre 7 en 2021) sont programmées à cette occasion : ateliers d’éducation financière et d’initiation au numérique, actions de formation, rencontres littéraires, conférences-débat, etc.

Social, insertion et culture

Il s’agit de porter un coup de projecteur sur la réalité de l’illettrisme et sur les moyens mis en œuvre pour agir collectivement sur le territoire. Dans son Plan de mandature, le président du Conseil départemental Guy Losbar a fait de la résolution de cette problématique une priorité. Il s’agit de lutter contre toutes les formes d’exclusion et de conduire une politique volontariste en matière d’insertion des personnes en situation de précarité.

Ainsi, le Conseil départemental entend prendre toute part dans ces JNAI. L’illettrisme est une problématique transversale au sein de la collectivité départementale. Des actions dans les domaines du social, de l’insertion et la culture sont programmées dans le cadre des JNAI.

Elles sont prévues dans le cadre de la convention de partenariat qui sera signée entre le Département et l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), lors de la cérémonie d’ouverture des JNAI, ce jeudi 8 septembre 2022, au Palais du Conseil départemental, à Basse-Terre.

La mise en œuvre de cette collaboration se décline sur plusieurs axes : information, formation, l’expérimentation, la communication, la veille et l’observation. Il s’agira par exemple d’échange d’informations sur les besoins et pratiques réussies, en vue de sensibiliser les acteurs sur les enjeux en matière de repérage et d’accompagnement des personnes en situation d’illettrisme ou encore de formation des personnels du Département pouvant être en contact avec des usagers en situation d’illettrisme.

L’illettrisme est considéré comme une source de non-recours aux droits et un frein majeur au retour à l’emploi et à l’insertion sociale, puisqu’il induit un manque d’autonomie, de confiance en soi, des difficultés à s’adapter aux changements. C’est pour cette raison que — dans le cadre de sa politique d’insertion et d’action sociale— le Conseil départemental de Guadeloupe s’attache à mettre en œuvre des actions destinées à lever les freins des populations dans le cadre de leur démarche d’insertion, comme celles programmées dans le cadre de ces JNAI.

retrouver le programme  sur le site des JNAI

Appel a projet: Promouvoir l’inclusion sociale et lutter contre la précarité

Appel a projet: Promouvoir l’inclusion sociale et lutter contre la précarité

Appel à Projet permanent du fonds social Européen
Programme Opérationnel (PO) FSE / FEDER Guadeloupe et Saint-Martin 2014-2020

L’axe 3 « Promouvoir l’inclusion sociale et lutter contre la précarité » contribue directement à la réalisation de l’objectif de réduction de la pauvreté affiché dans la stratégie Europe 2020 en soutenant :

  • La construction d’itinéraires personnalisés de retour vers l’emploi en renforçant notamment les actions du Programme Départemental d’Insertion (PDI):
  • l’amélioration de la qualité et des résultats de l’offre d’insertion et des dispositifs de remobilisation et d’insertion en faveur des plus vulnérables.

Le FSE interviendra en soutien des dispositifs prévus dans le PDI afin de renforcer l’efficacité de son action et d’aider au développement de mesures innovantes et partenariales.

Il importe en premier lieu de consolider et d’améliorer l’accompagnement des personnes les plus vulnérables, vivant sous le seuil de pauvreté et en rupture de lien social telles les personnes sans domicile fixe et en errance, les personnes sortant d’une période d’incarcération et/ou sous-main de justice, les jeunes désocialisés et en situation demarginalisation sociale, les personnes cumulant des problématiques sociales diverses (santé, logement, rupture avec l’environnement, …). Les allocataires du RSA constituent la majorité des publics indiqués ci-dessus qui doivent bénéficier d’un accompagnement individualisé visant leur inclusion et leur insertion professionnelle à terme.

Le présent appel à projet s’inscrit dans le cadre des objectifs stratégiques suivants :

  • Améliorer le niveau d’employabilité par le renforcement ou l’acquisition de compétences liées aux savoirs, savoir-être et savoir-faire.
  • Augmenter le nombre de sorties dynamiques :
    • sorties positives : entrée en formation pré-qualifiante ou qualifiante, embauche au sein d’une SIAE (Structure d’Insertion par l’Activité Economique)
    • sorties vers l’emploi durable : CDI, CDD ou missions d’intérim de 6 mois et plus, stage ou titularisation dans la fonction publique et création d’entreprises
    • sorties vers « un emploi de transition » : CDD ou périodes d’intérim de moins de 6 mois, contrats aidés chez un employeur de droit commun.
  • Une meilleure égalité des chances pour les publics concernés notamment par la lutte contre les discriminations

Date de lancement de l’appel à projets : 05/09/2022
Date de clôture de l’appel à projets : 30/10/2022

Spécification du Document de mise en œuvre (DOMO) du PO

  • Axe prioritaire 3 – Promouvoir l’inclusion sociale et lutter contre la pauvreté
  • Priorité d’investissement 9i – Inclusion active, y compris en vue de promouvoir l’égalité des chances, la participation active et une meilleure aptitude à l’emploi
  • Objectif spécifique 3.1 – Augmenter le nombre de parcours intégrés d’accès à l’emploi des publics très éloignés de l’emploi et lutter contre les inégalités
  • Fiche action n°14 du DOMO – Renforcement des actions du PDI (public des bénéficiaires et ayants droit du RSA avec élargissement au public des inactifs) ayant pour objet un accompagnement global vers l’emploi

Télécharger le règlement de l’AAP – pdf – 479 Ko

 

Les orientations 2022 du département en faveur des personnes âgées

Les orientations 2022 du département en faveur des personnes âgées

Le Département est le chef de file de la prise en charge des personnes âgées dépendantes.

Le rôle de la collectivité dans ce champ de compétence s’articule autour de trois missions :

  • La solvabilisation des personnes concernées – qui passe par l’attribution par le Conseil Départemental de plusieurs prestations;
  • L’organisation de l’offre de services à domicile et d’hébergement;
  • La coordination de l’action gérontologique.

La politique d’autonomie du Département a fait d’abord le choix de prioriser le maintien à domicile tout en assurant un accueil de qualité aux personnes âgées hors de leur domicile.

Les orientations 2022 sont les suivantes :

1/ Accueillir le public âgé et mieux prendre en compte ses besoins

  • Améliorer l’accueil du public au sein des services du Département
  • Utiliser tous les leviers disponibles pour améliorer les délais de traitement des dossiers

2/ Soutenir à domicile les personnes âgées vulnérables

  • Assumer l’augmentation de la dépense liée aux dispositifs d’aide à domicile pour respecter et accompagner le choix des usagers (APA, aide-ménagère ….)
  • Maintenir une offre diversifiée d’aides extra légales pour un meilleur soutien à domicile des personnes âgées : garde itinérante de nuit, téléassistance et assistance sénior (cumul des 2 premières prestations).
  • Mise en œuvre d’actions nouvelles en matière d’aide alimentaire en faveur des personnes
    âgées.

3/ Développer le partenariat avec les CCAS et les autres partenaires

Le nouveau schéma de l’autonomie permettra de concrétiser les travaux menés avec les CCAS sur le développement de l’action sociale de proximité en termes d’animation, de développement des services, de centres avancés d’information, de prévention et d’information, d’actions de mobilisation des familles auprès de leurs ainés.

La coopération sera également renforcée avec les partenaires ainsi que les Service d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD), Services Soins Infirmiers à Domicile (SIAD), MAIA (Méthode d’Action pour l’Intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’Autonomie), GIP/RASPEG, mandataires judiciaires, juges aux affaires familiales, juges des tutelles et le Parquet.

4/ Optimiser les solutions d’hébergement des personnes âgées

Le Département accorde une aide sociale à l’hébergement, véritable avance sociale sur frais d’hébergement, après déduction de la participation de l’usager à hauteur de 90 % de ses ressources, complétée de celle de ses obligés alimentaires et de l’allocation logement. Cette aide relativement stable est récupérable sur la succession au décès du bénéficiaire.

En 2021, l’offre d’hébergement en institution s’élève à 1518 places pour une capacité éligible à l’aide sociale de 1324 places.

Au 31 décembre 2021, 993 personnes âgées bénéficiaient de l’aide sociale à l’hébergement (ASH) soit 68% des places habilitées à l’aide sociale en EHPAD, pour un coût mensuel moyen de 3000 € et un montant moyen de l’ASH de 2200 € par bénéficiaire.
La pandémie a rappelé l’importance du dispositif d’aide sociale à l’hébergement en EHPAD et en famille d’accueil, notamment en faveur des personnes isolées. Cependant, l’accessibilité financière aux EHPAD reste l’élément déterminant de l’arbitrage des familles.
Dans ces conditions, outre la maîtrise des tarifs d’hébergement en EHPAD, la collectivité s’active à user de tous les leviers pour permettre à ceux qui le souhaitent d’être accueillis dans ces établissements.

5/ Optimiser l’accueil familial pour personnes âgées et pour personnes handicapées

L’hébergement en famille d’accueil présente l’avantage d’une prise en charge dans un environnement familial, à un coût inférieur à celui de l’EHPAD (en moyenne, 1800€ par mois contre 3000€).

Le réseau de l’accueil familial social répond à la demande croissante de prise en charge hors du domicile des personnes âgées. C’est une offre qui trouve l’adhésion des familles en raison de liens tissés entre accueillants, accueillis et familles des accueillis. L’accueil familial social s’inscrit dans un parcours de vie, préalablement à une prise en charge médicalisée institutionnelle dès lors qu’apparait une forte dépendance.

Le Département, garant de la qualité de l’accueil hors du domicile, veille à la professionnalisation des accueillants familiaux et au suivi médico-social des personnes accueillies.
En 2021, on dénombrait 231 accueillants familiaux pour une capacité totale d’accueil de 441 personnes âgées et/ou en situation de handicap.

Appel à projets pour la prévention et la lutte contre l’isolement social des personnes âgées du département de la Guadeloupe (APP Monalisa 2022-2023)

Appel à projets pour la prévention et la lutte contre l’isolement social des personnes âgées du département de la Guadeloupe (APP Monalisa 2022-2023)

La lutte contre l’isolement social et la solitude des personnes âgées est un enjeu de société majeur.

Au 1er janvier 2021, l’INSEE estime à 375 700 habitants la population. La région perd 0,7 % de sa population en moyenne par an, alors qu’en France la population continue d’augmenter (+ 0,3 %).

En 2020, la hausse des décès se poursuit et s’accélère. Elle résulte principalement du vieillissement de la population. Néanmoins, la pandémie de la COVID -19 a entraîné une surmortalité au deuxième semestre.

Le rythme des décès s’accélère depuis 3 ans : + 4,4 % entre 2017 et 2018, + 6,5 % entre 2018 et 2019, + 7,9 % entre 2019 et 2020. Le nombre de décès est en augmentation de 2,4 % par an en moyenne.

Par ailleurs, Au cours du 3ème trimestre 2021, marqué par la quatrième vague de la Covid-19 et la mise en place de restrictions renforcées, l’emploi salarié baisse légèrement. La plupart des pertes sont enregistrées dans le secteur tertiaire marchand (hors intérim).
(Note de conjoncture régionale 3ème trimestre 2021 INSEE).

En 2013, la Guadeloupe comptait 54 seniors pour 100 jeunes. En 2030, cette proportion sera de 134 seniors pour 100 jeunes.

La population guadeloupéenne, l’une des plus jeunes de France, vieillit plus rapidement. C’est la conséquence de l’augmentation de l’espérance de vie, de la diminution des naissances, du départ des jeunes actifs et du retour des guadeloupéens à l’âge de la retraite.

Notre département est d’ores et déjà classé au 3ème rang des régions les plus âgées de France à l’horizon 2040, après la Corse et la Martinique.

Le nombre de personnes âgées dépendantes devrait doubler à l’horizon 2030, passant de 6 000 en 2007 à 13 300 en 2030.

Les données de la CNSA corroborent l’inéluctable vieillissement de la population guadeloupéenne de 60 ans et + : soit une augmentation de 24,97 % en 6 ans :
× 2016 : 88 258
× 2017 : 90 665, soit une augmentation de 3 %
× 2018 : 92 162 1,65 %
× 2019 : 97 671 5,98 %
× 2020 : 100 090 2,48 %.
× 2021 : 110 300 10,20 %

98,7 % des seniors vivent à domicile, contre 95,5 % en France hexagonale. Parmi eux 29 % des 60-74 ans, et 39 % des 75 ans ou plus vivent seuls.

La loi relative à l’Adaptation de la Société au Vieillissement, dite ASV, entrée en vigueur au 1er janvier 2016, réforme l’action du Conseil Départemental dans le domaine de l’autonomie des personnes âgées.

Cette dernière vise à répondre aux conséquences du vieillissement de la population en :

  • Anticipant les premiers facteurs de risque de la perte d’autonomie ;
    • Adaptant les politiques publiques au vieillissement ;
    • Améliorant la prise en charge des personnes en perte d’autonomie.

La Guadeloupe, fait donc face à un vieillissement marqué de sa population qui requiert des besoins accrus en matière d’infrastructures de santé, de formation et de logement.

Par ailleurs, le diagnostic territorial, conduit par l’observatoire des fragilités de la Caisse Générale de Sécurité Sociale, et les Centres communaux d’action sociale, conforte la volonté du Conseil Départemental et de ses partenaires de lutter contre l’isolement et la solitude en travaillant à la coopération entre les institutions et les acteurs de terrain.

Conformément aux attentes du dispositif de la Mobilisation Nationale pour la lutte contre l’isolement social des Agés – MONALISA, pour être éligibles, les actions proposées devront bénéficier directement aux personnes âgées et prévenir l’isolement de ce public en répondant aux thématiques qui suivent :

1- Créer du lien social : groupe de paroles et d’écoute bénévole, ateliers de prévention et d’animations

2- Développer le portage de repas : diversifier l’offre d’accompagnement et de service favorisant le lien social (hors prestation d’aide sociale légale et extra légale)

3- Déployer un réseau de solidarité, ex : équipe citoyenne, jardin partagé, quartier intergénérationnel.

4- Faire émerger des initiatives individuelles qui luttent contre l’isolement social ;

Ce présent appel à projets est ouvert du 17 Juin au 15 Juillet 2022 sur la plateforme dédiée : https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/app-lutte-isolement-guadeloupe

Annexes:

Les réponses à vos questions par courriel, à l’adresse :  direction.autonomie@cg971.fr.

M