Échange entre Guy LOSBAR et Gérald DARMANIN, Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer

Échange entre Guy LOSBAR et Gérald DARMANIN, Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer

Ce mercredi 17 avril 2024, le Président du Conseil départemental Guy LOSBAR s’est entretenu avec le Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald DARMANIN et la Ministre déléguée chargée des Outre-mer, Marie GUÉVENOUX, en présence du 1er vice-président Jean-Philippe COURTOIS, de la 2ème vice-présidente Maryse ETZOL et du vice-président du Sénat, Dominique THÉOPHILE.

Ce temps d’échange a permis à l’exécutif départemental d’exposer au ministre d’État plusieurs des grandes priorités de notre archipel.

La question prégnante du nouveau CHUG a fait l’objet d’une attention particulière. Ensemble, ils ont acté l’élaboration d’un plan de redressement des finances permettant de garantir de meilleures conditions de fonctionnement du futur établissement, fort de toutes les nouvelles technologies du secteur. Une avancée importante qui débouchera sur des rencontres interministérielles dans les prochaines semaines. En outre, l’ambition pour le futur CHUG a également pour objectif de définir les actions à mettre en œuvre pour renforcer son attractivité et conquérir la patientèle de la Caraïbe.

La lutte contre la délinquance, notamment des jeunes, a également été un sujet essentiel, dans un contexte de recrudescence de la violence sur notre territoire. Des mesures d’accompagnement et de cohésion sociale ont été évoquées pour contribuer à endiguer ce phénomène. Il s’agit par exemple que les forces de l’ordre soient davantage orientées vers la surveillance des conditions d’entrée sur le territoire, sur des interventions de nuit, que soient déployés davantage de systèmes de vidéo-protection, et sur une coopération renforcée avec les pays voisins.

Concernant la continuité territoriale, le Ministre DARMANIN s’est montré ouvert à la proposition de mise en place d’obligations de service public pour permettre une meilleure circulation entre les îles de l’archipel, en lien avec le projet présenté par le Président de l’Assemblée Départementale Guy LOSBAR, de créer une structure de gestion des aérodromes départementaux.

Enfin, s’agissant de la question institutionnelle, le Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer a été particulièrement à l’écoute et s’est affirmé en attente des conclusions du prochain congrès, dont les travaux préparatoires se poursuivent sous l’égide de la commission mixte ad hoc, en lien avec les experts, les partis politiques et la concertation avec la population. L’objectif étant d’aboutir à une évolution à la carte pour satisfaire les attentes de chaque territoire de l’archipel

Rencontre entre le Président LOSBAR et la Ministre déléguée chargée des collectivités territoriales, Dominique FAURE

Rencontre entre le Président LOSBAR et la Ministre déléguée chargée des collectivités territoriales, Dominique FAURE

Ce mardi 19 mars, le Président du Conseil Départemental, Guy LOSBAR,naccompagné de la Vice-présidente Sabrina ROBIN et de la Sénatrice Solangesn NADILLE, s’est entretenu avec Dominique FAURE, Ministre déléguée chargée des collectivités territoriales.

Au cours de ce temps d’échange, de plus d’une heure, le Président du Conseil départemental a pu attirer l’attention de la Ministre et de ses équipes sur les grands enjeux auxquels sont confrontées les collectivités de l’archipel.

À cet effet, dans le cadre du financement des collectivités, le Président LOSBAR a présenté le dispositif d’accompagnement qu’est le Contrat de Péyi. La Ministre a relevé la bonne santé financière du département et la bonne gestion du président LOSBAR, et salué l’effort de 87M€ déployé par la collectivité pour accompagner les 16 premières communes signataires. Elle s’est dite ouverte à la mutualisation par des financements croisés avec l’État.

Dans un second temps, le Président du Conseil départemental a attiré l’attention de la Ministre sur la situation du CHUG. En effet il s’agit d’apurer les difficultés financières afin de préparer les meilleures conditions d’entrée dans le futur établissement.

Compétence forte du Département, la question de l’Insertion, tant professionnelle que sociale, a également été évoquée, en mettant en avant les relations avec France Travail et la volonté de l’état de soutenir le Département dans la lutte contre la précarité et l’accompagnement des bénéficiaires du RSA.

La Vice-Présidente Sabrina ROBIN a évoqué le sujet de la continuité territoriale, qui inclut la continuité des soins et la nécessité de déployer des obligations de service public dans le domaine des transports afin de faciliter les liaisons inter-îles.

La Sénatrice Solanges NADILLE a également exposé les contraintes que connaissent les communes frappées par la double voire triple insularité.

Enfin, s’agissant de la question institutionnelle, le Président et la Ministre ont pu échanger sur les travaux en cours, sous l’égide de la commission ad hoc, en lien avec les experts, les partis politiques, les citoyens et, plus largement, la société civile.

Premiers échanges du Président Guy LOSBAR avec Marie GUÉVENOUX, Ministre déléguée aux Outre-mer

Premiers échanges du Président Guy LOSBAR avec Marie GUÉVENOUX, Ministre déléguée aux Outre-mer

Ce mercredi 13 mars, le Président du Conseil Départemental, Guy LOSBAR, accompagné de la Vice-présidente Maryse ETZOL, s’est entretenu avec Marie GUÉVENOUX, Ministre déléguée aux Outre-mer.

Ce temps d’échange est le premier depuis la nomination de la Ministre et a permis un tour d’horizon des grands enjeux de notre archipel.

En premier lieu, le Président du Conseil départemental a tenu à attirer l’attention de la Ministre sur la situation du CHU, dont les tensions financières menacent les conditions de fonctionnement du futur établissement et requièrent un plan d’assainissement accompagné par l’Etat.

Guy LOSBAR a également évoqué l’enjeu de l’insertion et de l’expérimentation de la réforme du RSA en Guadeloupe. Comme établi dans le Plan de mandature 2021-2028, l’objectif de la collectivité est d’accompagner les bénéficiaires du RSA vers une insertion professionnelle durable. L’expérimentation de cette réforme sur notre territoire est prise à bras le corps par l’ensemble des élus, des référents insertion et des conseillers France-Travail.

Dans le droit fil des actions entamées avec le Gouvernement depuis plusieurs mois, le Président LOSBAR a par ailleurs tenu à rappeler l’importance de poursuivre et intensifier l’action conduite par les pouvoirs publics sur le dossier de l’eau.

De même le président a insisté sur la nécessité d’une action concertée sur le dossier du démarrage de la récolte cannière, en sorte de garantir un revenu équitable aux planteurs dans le respect des accords signés.

Le Président LOSBAR a par ailleurs eu à faire un point d’étape sur les travaux de la Commission mixte ad hoc, en vue de l’élaboration d’un projet d’évolution de nos institutions. Il a insisté sur a nécessité de profiter de l’opportunité de la future réforme constitutionnelle pour favoriser le renforcement de la capacité de décider localement de certains enjeux stratégiques pour le pays.

À cet égard, au vu des échanges en cours entre les élus, les partis politiques, la population et les experts, la tenue prochaine d’un congrès au premier semestre a été confirmée.

En remettant à la Ministre les dossiers relatifs au plan de mandature du Département et au recueil des travaux du congrès, le Président LOSBAR a réaffirmé le souhait que ce premier tour d’horizon, prochainement suivi de séances de travail approfondies, confirme les résultats concrets attendus des partenaires de l’action publique.

Évolution institutionnelle  : la commission Ad hoc poursuit ses travaux

Évolution institutionnelle : la commission Ad hoc poursuit ses travaux

Depuis 2022, les assemblées régionale et départementale ont décidé de la mise en place de la commission mixte ad hoc notamment en charge de la préparation des travaux du Congrès sur la question institutionnelle.
Elle est composée de conseillers régionaux et départementaux, des parlementaires et de l’Association des maires de Guadeloupe (AMG).
Cette instance a pour vocation de définir la stratégie territoriale optimale pour l’amélioration des politiques publiques en Guadeloupe, de préparer les travaux du congrès et contribuer aux échanges des élus guadeloupéens avec le gouvernement sur ces sujets.
Conformément aux deux résolutions du congrès du 7 juin 2023, la commission mixte ad hoc poursuit ses travaux à travers un calendrier d’ateliers qui mobilisent les élus, aux côtés d’experts et d’universitaires locaux et nationaux.

À ce titre, les élus membres de la commission mixte ad hoc ont tenu un point d’étape de leurs travaux à l’occasion de la conférence de presse qui s’est tenue le lundi 19 février 2024 à la Résidence départementale, au Gosier.

Guy LOSBAR rencontre la Procureure de la République de Pointe-à-Pitre, Caroline CALBO

Guy LOSBAR rencontre la Procureure de la République de Pointe-à-Pitre, Caroline CALBO

À l’occasion d’un temps d’échange, ce mardi 5 décembre, le Président du Conseil départemental Guy LOSBAR a pu s’entretenir avec Caroline CALBO, Procureure de Pointe-à-Pitre.

Ensemble, ils ont pu aborder des sujets d’intérêt commun comme la formalisation en cours du réseau contre les violences intra-familiales (réseau VIF) mené en concertation avec la coordinatrice interministérielle contre les violences faites aux femmes en Outre-Mer et avec l’implication forte des juridictions et du tissu associatif local.

Ils ont également discuté de l’élaboration du futur Plan départemental de prévention de la délinquance, dans un contexte social particulièrement préoccupant où il est nécessaire de travailler collectivement aux valeurs de responsabilité, d’éducation et surtout d’estime de soi et de respect de l’autre.

Pour le Président LOSBAR, il faut oeuvrer à l’amélioration des procédures d’accès aux droits. Travailler davantage en concertation afin d’agir au mieux et mettre en oeuvre toutes les mesures de protection de l’enfance, notamment dans les cas de traitement des signalements transmis aux autorités judiciaires.

Dans une Guadeloupe troublée et en proie à de multiples phénomènes de violence, cet échange conforte la conviction que la justice et les collectivités ont à faire ensemble pour donner davantage de sens et de portée à la parole publique, et oeuvrer ainsi à la réalisation de l’intérêt général.

Les élus guadeloupéens mobilisés dans le cadre du bilan d’étape du CIOM

Les élus guadeloupéens mobilisés dans le cadre du bilan d’étape du CIOM

Ce vendredi 24 novembre, les élus Guadeloupéens (le Président du Conseil régional Ary CHALUS, le Président du Conseil départemental Guy LOSBAR, les parlementaires Dominique THEOPHILE, Solanges NADILLE, Christian BAPTISTE, Elie CALIFER, Max MATHIASIN, Olivier SERVA et le Président de l’Association des Maires Jocelyn SAPOTILLE), ont été reçus par le Ministre délégué aux Outre-mer, Philippe VIGIER, accompagné de collaborateurs issus de plusieurs ministères, pour un bilan d’étape du Comité Interministériel des Outre-mer. (CIOM)

Cette séquence intervient dans un contexte où seules 8 des 153 préconisations issues du Congrès des élus de Guadeloupe du 7 juin 2023 ont été retenues parmi les 72 mesures prévues pour tout l’Outre-mer lors du CIOM du 18 juillet 2023.

Contestant la méthode initialement proposée par le Ministre délégué aux Outremer, qui préconisait le choix de 3 thématiques à aborder, les élus ont négocié pied à pied chaque thématique, chaque enjeu, chaque mesure permettant d’obtenir davantage de liberté d’agir dans des domaines estimés prioritaires pour le bien être des Guadeloupéen-nes et pour le développement de notre territoire.

Pour illustration, les élus ont ainsi insisté sur la situation préoccupante de l’archipel en matière de santé publique. Notamment en ce qui concerne le coefficient géographique des hôpitaux de Guadeloupe, qui doit, à l’instar de celui de l’île de La Réunion, être relevé afin de répondre réellement et équitablement aux besoins de santé des Guadeloupéen-nes. Dans le même ordre d’idées, l’instauration de Missions d’Intérêt Général (MIGAC) doit être sanctuarisée afin d’assurer la prise en charge de pathologies et de situations très spécifiques et particulièrement surreprésentées dans nos territoires, comme le surpoids, la sédentarité, les maladies chroniques et en particulier des incidences anormalement élevées du cancer. Il a été par ailleurs question des modalités de financement du CIMGUA afin de sécuriser et pérenniser un outil au service des Guadeloupéen-nes. La démographie médicale, en ce qu’elle contribue à l’accès aux soins, constitue également un sujet primordial avec un accent particulier pour les îles du Sud.

Dans le domaine de la fiscalité, les élus font front commun pour la défense de l’octroi de mer, pour la mise en place des Zones de Revitalisation Rurale et plus généralement pour l’autonomie fiscale qui constitue un outil essentiel de régulation de l’économie locale. C’est aussi dans les mêmes termes que les élus avancent de façon solidaire sur les questions du pouvoir d’achat et du maintien du tissu des PME, qui nécessitent de s’attaquer urgemment aux monopoles et à leurs marges.

Dans le domaine de la continuité territoriale, les élus ont martelé l’importance des enjeux liés à la continuité vers et à l’intérieur de l’archipel. Il s’agit par exemple de diminuer et de geler le coût des billets d’avion, de tout mettre en oeuvre pour éviter un retour à une situation de duopole en matière de transport aérien transatlantique, et de mettre en place des obligations de service public entre les îles de l’archipel.

Les élus ont également abordé les sujets liés au financement des grandes infrastructures portuaires et aéroportuaires, ainsi que la nécessaire revalorisation du plan Barnier pour assurer la remise aux normes parasismiques des établissements scolaires.

Les élus ont obtenu l’ouverture d’un chantier en lien avec l’association des maires, permettant d’aboutir à ce que les avis délivrés par la CDPNAF se cantonnent à des avis simples, et soient préparés de façon davantage collégiale et concertée, afin de ne pas brider la maitrise que doivent avoir les maires sur leurs documents d’urbanisme.

Les élus ont enfin affirmé leur forte préoccupation quant aux problématiques de renforcement de la diversification agricole, de changement climatique et de résilience territoriale.

Sur la méthode et sur l’agenda, il s’agira au-delà du comité de suivi fixé deux fois par an, d’organiser des bilatérales thématiques afin d’avancer de façon opérationnelle sur les sujets en cours.

M