En déplacement à Marie-Galante, ce mardi, la présidente du Conseil départemental, Josette BOREL-LINCERTIN, a réaffirmé l’engagement du Département dans la pérennisation de l’usine sucrière de Grande Anse et, au-delà, de la filière canne-sucre marie-galantaise.

Josette BOREL-LINCERTIN se réjouit ainsi qu’à l’issue d’une table ronde sur l’avenir de l’usine, en présence du préfet de Région et du président du conseil régional, une volonté partagée des élus de Marie-Galante et des professionnels de la canne a de nouveau émergé pour défendre auprès du Gouvernement la mise en œuvre de la convention signée le 10 avril 2018.

Cette convention, que le Département avait fortement défendue et signée, portait notamment sur la construction d’une centrale électrique de cogénération de 6,5 MW répondant aux besoins de l’usine sucrière, ouvrant la voie à une modernisation de l’outil industriel et permettant aux planteurs marie-galantais de bénéficier de la « prime bagasse ».

En dépit du retard constaté dans la mise en œuvre de ce projet, la présidente du Département a réaffirmé que celui-ci demeure la meilleure garantie de survie de cette usine qui appartient au patrimoine de Marie-Galante et qui peut être un pôle d’avenir de son développement économique, pleinement inscrit dans son projet de territoire.

Dans cette optique, Josette BOREL-LINCERTIN s’est engagée à ce que le Département contribue au tour de table des financeurs privés et publics qui participeront aux investissements en vue de la modernisation de l’usine.

Il s’agit désormais, pour l’ensemble des acteurs du territoire d’afficher leur unité et leur détermination à obtenir la confirmation du soutien de l’Etat qui, pour mémoire, figurait également parmi les signataires de la convention du 10 avril 2018.

Share This